Jean-François TARTU

Né à Recouvrance près de Brest le 11 octobre 1751, il navigua d'abord à la pêche avec son père et entra dans la marine royale comme matelot en 1766. Parvenu au grade de maître canonnier, il embarqua en 1778 sur la frégate la Fortunée avec laquelle il combattit à Ouessant dans l'escadre de d'Orvilliers (27 juillet), croisa en Manche puis passa aux Antilles avec la division commandée par La Motte Piquet . Il prit part à l'occupation des Grenadines et à l'attaque manquée contre Savannah avant d'être pris le 22 décembre 1779 lors d'un combat contre quatre vaisseaux anglais.

Rapidement échangé, il embarqua sur le Sphinx dans l'escadre de Guichen et fut blessé au combat du 17 avril 1780 devant la Dominique. Passé sur le Vaillant dans l'escadre de De Grasse , il combattit en septembre 1781 à la Chesapeake puis sur le César aux Saintes et fut fait prisonnier après l'explosion de ce vaisseau. Employé à la fonderie de canons d'Indret près de Nantes en 1783, Tartu fut promu sous-lieutenant de vaisseau en 1786 et nommé en octobre 1787 contrôleur de la fonderie.

Premier député suppléant de la Loire-inférieure à la Convention, capitaine de vaisseau en janvier 1793, il prit en mars suivant à Rochefort le commandement de la frégate l'Uranie avec laquelle il croisa dans le golfe de Gascogne, fit cinq prises et engagea le 24 octobre 1793 un vif combat contre la frégate anglaise Thames. Tartu perdit une jambe emportée par un boulet et mourut quelques heures plus tard. La Thames, très avariée, fut prise le lendemain.